Des oeuvres nées pour un paysage

La Balade de Séprais a pour principe d’accueillir des artistes sur place, d’origines différentes si possible. Elle les loge, les nourrit, leur fournit, le cas échéant, matériel et outils, durant un mois maximum.
En échange, l’artiste invité-e exécute une œuvre monumentale sur le lieu-même de La Balade, de manière ouverte, publique. L’acte de création étant ainsi intégré à La Balade, qui se veut contact, rapport, confrontation…
«Son inspiration [à l’artiste] doit se nourrir du lieu, des matériaux qu’il trouve sur place, ou que l’on peut lui procurer : pierre, bois, métal, objets de récupération, ou produits plus éphémères comme branchage, foin, terre, papier…».
L’œuvre réalisée augmente l’exposition, en restant propriété de l’association.

La Balade de Séprais se veut un lieu privilégié d’ouverture et de liberté, de plaisir et d’enrichissement de chacune et chacun. Pas de thème imposé, pas d’unité, pas d’école, aucun fil d’Ariane à suivre…

 

 

Mais uniquement la confrontation entre artistes d’origines et de cultures multiples, la valorisation réciproque qui s’exerce entre la sculpture contemporaine et la nature, les contacts qui se développent entre les mondes différents (et parfois opposés!) des arts, des habitants et des visiteurs.

« Les sculptures dialoguent avec les machines agricoles, avec les odeurs du foin, de la paille, avec les couleurs des labours, l’or des blés, le vert des prairies.», nous dit Laurent Theurillat, architecte du lieu, membre du comité.

Ecoutons aussi la fondatrice, Liuba Kirova : « Dans une ambiance de confrontation, stimulante pour leur propre création, les artistes échangent leurs idées, leurs expériences, leurs émotions. Tout naturellement, ces échanges en amènent d’autres, entre artistes et habitants, entre artistes et visiteurs, entre les visiteurs eux-mêmes! Les automnes de Séprais débordent de vibrations, l’air se remplit de charges artistiques.»